VOTRE CARRIÈRE, AVEC PASSION.
MENU
Être rappelé

Être rappelé

[recaptcha]

  • Un licenciement est toujours une étape stressante dans la vie professionnelle et est redouté de tous.

  • Retrouver un emploi peut s’avérer très angoissant, notamment pour les salariés de plus de 50 ans.

  • L’outplacement reste la solution d’accompagnement optimale pour se repositionner sur le marché du travail.

 

     Après un licenciement, les salariés se retrouvent face à plusieurs difficultés. Parmi elles, l’acceptation de la perte de son emploi et la recherche d’un nouveau poste, qui est parfois accompagnée d’un outplacement. Malgré la bonne conjoncture économique, de nombreuses sociétés doivent faire face à des restructurations.

      L’INSEE a publié les chiffres du chômage du premier trimestre 2019 en Mai. En moyenne, le taux de chômage au sens du BIT connait une légère diminution de 0,1 point après une baisse de 0,3 point pour le dernier trimestre 2018. Le chômage touche 8,7% de la population active en France (hors Mayotte). Il est inférieur de 0,5 point à son niveau de début 2018.

     Quant au taux de chômage des plus de 50 ans, il s’élève à 6,1% au premier semestre 2019. Il y a donc eu une légère augmentation de 0,3% par rapport au taux enregistré, pour cette même catégorie d’actifs, au dernier semestre de l’année précédente. Pôle emploi estime à 916.000  les demandeurs d’emplois ayant dépassé la cinquantaine.

     Dans un contexte économique difficile et dans une société en constante évolution où la digitalisation des postes est de plus en plus récurrente, de nombreuses sociétés se retrouvent contraintes à se séparer d’une partie de leurs salariés. Elles peuvent alors leur proposer un accompagnement au retour à l’emploi, plus communément appelé un outplacement. Or, nous constations que certains salariés licenciés bénéficiant d’une prestation d’outplacement font parfois le choix d’une compensation financière au  détriment de ce soutien. Certain refusant tout bonnement cette aide qui peut s’avérer précieuse. Cette attitude traduit une méconnaissance du marché du travail, et généralement un manque de lucidité sur son employabilité et sa propre capacité à retrouver un emploi par ses propres moyens.

 

    Pour le salarié licencié, les bonnes questions à se poser sont les suivantes :

 

  • Puis-je, du jour au lendemain et sans formation, devenir performant lors d’un entretien avec un chasseur de tête ?
  • Saurais-je, sans préparation en amont, parler de ma nouvelle situation à mes amis et à mon réseau professionnel ?
  • Ai-je les compétences nécessaires pour améliorer mon empreinte numérique sur les réseaux sociaux et sur Google ?
  • Suis-je un bon candidat sur le marché du travail ?

 

     Pour répondre à toutes ces questions, un outplacement reste la solution la plus optimale. Les résultats de l’Etude Outplacement Individuel 2018 réalité par SYNTEC Conseil en Evolution Professionnelle le démontre. En 2017, 61% des bénéficiaires d’une prestation de outplacement ont eu le choix entre plusieurs cabinets. La durée moyenne de repositionnement d’un cadre avec un cabinet d’outplacement est de 9 mois contre 14 mois sans accompagnement. 57% des cadres retrouvent une activité professionnelle via le réseau et 75% des cadres retrouvent une rémunération supérieure ou égale à leur précédente.  

 

Sources :

 

Découvrez nos solutions d’outplacement

 

Lire aussi :

Se faire licencier, un nouveau tremplin professionnel dans votre carrière

Entreprises : pourquoi proposer un outplacement ?

Les 5 leçons professionnelles que vous n’apprendrez qu’en étant licencié

Pas de commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

 
Laisser un commentaire