VOTRE CARRIÈRE, AVEC PASSION.
MENU
Être rappelé

Être rappelé

meilleurs-reussir-mpg

 

Richard FELONI, journaliste au sein de plusieurs journaux américains nous livre les meilleures leçons de vie qu’il a apprises grâce aux interviews qu’il a recueillis en 2017.

Quand je repense à 2017 et à mes interviews avec des gens comme le coach de vie Tony Robbins ou le fondateur de LinkedIn, Reid Hoffman, je peux voir comment leurs points de vue m’ont conduit à de nouvelles approches dans ma carrière.

J’ai rassemblé ici les leçons  qui m’ont le plus marqué :

Le Coach de vie Tony Robbins a démontré le pouvoir de la routine

En tant que coach de vie le plus célèbre au monde, Tony Robbins a non seulement des clients particuliers comme l’investisseur milliardaire Paul Tudor Jones à qui il rend des visites quotidiennement, mais il parcourt aussi le monde en faisant des présentations qui dure jusqu’à 16 heures d’affilés.

Il fait ça depuis de nombreuses années. Et même s’il a aujourd’hui 57 ans, il m’a affirmé que l’application de routines strictes dans la vie quotidienne lui a permis d’augmenter fortement son activité.

Chaque matin, Tony  Robbins passe 10 minutes à méditer et réfléchir sur ce quoi il est reconnaissant, puis passe 15 minutes dans un entraînement physique intense.

Bien que je n’aie pas imité la routine exacte de Tony Robbins, j’ai réalisé qu’il n’y avait aucune raison de ne pas consacrer au moins 30 minutes chaque matin à la santé mentale et physique.

La fondatrice de Knixwear (spécialiste en lingerie féminine), Joanna Griffiths, a découvert que le «syndrome de l’imposteur» pouvait être facilement surmonté.

La fondatrice de Knixwear, Joanna Griffiths, a connu beaucoup de succès avec les campagnes de Kickstarter  qui ont  permis de lever 20 millions de dollars en 2017.

Depuis qu’elle a fondé sa société en 2013, a-t-elle dit, elle avait été hantée par le «syndrome de l’imposteur», l’idée que son succès était un coup de chance et que son manque de talent mènerait inévitablement à l’échec. Mais après des conversations avec d’autres entrepreneurs prospères et un coaching de Tony Robbins, elle a réalisé ce qu’elle ressentait.

 « Chaque personne qui avance ressent cela. En fait, ce qui se passe c’est qu’on avance et qu’on est donc constamment hors de notre zone de confort », a déclaré Joanna Griffiths. « Bien sûr, nous allons tous avoir cette sensation et c’est normal, cela fait partie du processus. C’est une sensation très libératrice »

Sa perspicacité m’a fait réaliser qu’aucune personne ambitieuse, pas même celles qui ont vraiment réussies, ne se sent totalement à l’aise avec son niveau de réussite. Et c’est beaucoup plus sain de chercher l’épanouissement dans les réussites en cours de réalisation.

Le champion du monde de la prise de parole en public, Manoj Vasudevan, a trouvé un moyen d’éviter le trac en coulisse

Manoj Vasudevan est le champion 2017 de prise de parole en public selon Toastmasters International. Mais il m’a affirmé qu’il y a plus de 10 ans de cela, il ne pouvait même pas faire une présentation devant un petit groupe d’amis.

Il ne s’est débarrassé de cette peur qu’en faisant taire son ego.

Comme il le dit, une personne qui a l’air humble et effrayé devant un public est en fait tout simplement narcissique. Cela semble contradictoire, mais la racine du doute de soi est son ego qui dit que personne n’est pas assez bien pour le public.

Être trop confiant est tout aussi mauvais, parce que quelqu’un drapé dans son ego peut sembler odieux ou même ennuyeux pour un auditoire.

« Il ne s’agit pas de vous », a déclaré Manoj Vasudevan. « Avant tout, une présentation concerne un message. Rappelez-vous, vous êtes là pour servir, et quand vous êtes en service, il n’y a pas de peur. »

Lire aussi: Comment demander efficacement une augmentation de salaire ?

Le PDG d’Arby (chaine de restauration rapide américaine), Paul Brown, a déclaré avoir appris l’importance de poser des questions stupides.

Le PDG d’Arby, Paul Brown, a réussi à transformer une marque de restauration rapide en difficulté en l’une des plus florissantes et des plus prospères de son secteur depuis sa reprise en 2013.

Il a dit que l’une des façons qui lui a permis une telle transformation de situation était l’utilisation de son rôle d’outsider à son avantage. Il a aussi oséposer des «questions idiotes», remettant en question les façons habituelles de faire les choses que personne ne songerait à poser.

J’ai trouvé que souvent dans des réunions ou des projets de groupe, il est facile de construire autour de l’une des premières idées proposées, ou d’aller de l’avant en fonction de ce qui a fonctionné dans le passé – mais il est parfois nécessaire de mettre de côté l’ego et adopter l’approche de Paul Brown pour défier ce que tout le monde prend pour acquis, pour le bénéfice de tous.

Le psychologue de l’Université de Caroline du Nord, Mitch Prinstein, a déclaré que tout le monde devrait s’efforcer d’atteindre un certain type de popularité.

Mitch Prinstein est psychologue à l’Université de Caroline du Nord et auteur de « Popular », un livre d’étude sur la psychologie de la popularité.

Selon lui, il existe deux types de popularité: le statut et la sympathie. Alors que la plupart des gens se concentre sur le premier, Mitch Prinstein a dit que c’était dommage, car la sympathie est beaucoup plus importante que le statut.

« La sympathie est ce qu’il y a de plus précieux, pas seulement dans le monde des affaires mais dans toutes nos relations sociales. Nous devrions y investir autant que nous investissons dans tout ce qui, nous l’espérons, aidera nos vies. »

Après avoir parcouru le travail de Mitch Prinstein, je suis convaincu que les tactiques machiavéliques pourraient expliquer les gains à court terme, mais finalement, l’établissement de relations authentiques avec les gens est important à la fois pour l’épanouissement personnel et le succès à long terme.

Source : http://www.businessinsider.com/lessons-i-learned-in-2017-from-interviewing-entrepreneurs-and-ceos-2017-12

Lire aussi:

La règle d’or du recrutement pour Mark Zuckerberg (Facebook)

Les meilleures habitudes de 12 personnalités mondiales

Le langage du succès

Productivité : les secrets d’Elon Musk, de Bill Gates et de Mark Zuckerberg

Pas de commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

 
Laisser un commentaire