VOTRE CARRIÈRE, AVEC PASSION.
MENU
Être rappelé

Être rappelé

 

Stephanie Fairyington est journaliste à New-York. Au fil de son travail et de ses rencontres professionnelles, Stephanie Fairyington a su cultiver l’art de rebondir après un échec professionnel : aujourd’hui, elle nous montre que perdre son emploi n’est pas un échec, mais une nouvelle opportunité de carrière.

 

Ce retard sera d’autant plus efficace s’il est combiné avec les services d’un cabinet d’outplacement.

Selon une étude, perdre un emploi peut être aussi dévastateur que le divorce. Voici des conseils pour savoir comment surmonter cette épreuve et prospérer.

 

L’effet dévastateur sur le plan émotionnel et professionnel de la perte d’un emploi, a un impact négatif sur la satisfaction de sa propre vie, autant qu’un divorce ou le décès d’un être cher, selon une étude plus de 4000 articles de recherche sur le sujet mené au Royaume-Uni.

Pour beaucoup d’entre nous, notre identité est profondément liée à notre emploi. Perdre notre emploi est donc un coup particulièrement traumatisant. «Être soudainement coupée d’une source d’identité aussi cruciale peut être très traumatisante» ,explique Jennie E. Brand, Ph.D, professeur de sociologie et de statistique à l’Université de Californie à U.C.L.A. qui a étudié l’impact négatif de la perte d’emploi au cours des 15 dernières années, raconte le magazine Thrive.

Ses recherches soulignent les nombreuses conséquences néfastes et profondes des licenciements, notamment une dégradation du bien-être physique et psychologique des personnes, de leur vie sociale et de l’harmonie familiale. Même les enfants de ceux qui ont perdu leur emploi rencontrent des difficultés en termes de bien-être émotionnel et de réussite scolaire, dit-elle.

« Quelle est la première question que les gens vous posent quand ils vous rencontrent : Que faites-vous dans la vie? » Alan Wolfelt, Ph.D., psychologue clinicien et auteur de Healing After Job Loss, explique la logique de notre culture, sur le fait que la perte d’emploi soit si douloureuse. Si nous ne faisons rien, qui sommes-nous? Cela affecte notre estime de soi, car il doit y avoir quelque chose qui ne va pas chez nous si nous sommes sans emploi.

Mais il y a un problème plus profond, la peur que nous ne puissions peut-être plus prendre soin de nos proches et de nous-même. « Comment vais-je trouver un autre emploi ? Est-ce que je vais pouvoir garder un toit ? Vais-je trouver un autre travail? Ce chômage va-t-il durer longtemps ? » ces questions préoccupent l’esprit des nouveaux chômeurs déclare Alan Wolfelt. « Cela me rappelle cette citation de C.S. Lewis : Je ne savais pas que le chagrin ressemblait autant à la peur »

Pourtant, les experts en outplacement insistent sur le fait que pour beaucoup d’entre nous, la perte d’un emploi finit par être une bénédiction déguisée, qui nous conduit dans de nouvelles directions qui nous servent encore mieux que nos postes précédents. « J’ai conseillé un certain nombre de personnes qui avaient été dévastées par la crise économique de 2008, mais qui ont ensuite trouvé un travail plus intéressant et plus utile », a déclaré Alan Wolfelt, citant un courtier ayant survécu au 11 septembre, puis ayant perdu son emploi. « Dans sa recherche de sens, il a décidé de retourner à l’école et est finalement devenu un aumônier d’hospice. »

Après avoir étudié de nombreux licenciements, nous avons demandé conseil à nos experts de créer ce guide sur ce qu’il faut faire après un licenciement et sur la façon de maximiser votre temps libre. En suivant ces 8 conseils, vous arriverez vraisemblablement vers une bonne trajectoire.

 

PHASE 1 : L’IMMOBILITÉ

Prenez du recul sur la situation

«Il est important de ne pas minimiser ni nier l’importance de ce qui s’est passé», déclare Alan Wolfelt. Une fois que vous avez pleinement reconnu la gravité de votre perte d’emploi, vous pouvez passer à la suite : le chagrin et le deuil. Alan Wolfelt, fondateur et directeur du Center for Loss & Life Transition, explique la distinction entre les deux. « Le chagrin est votre réponse personnelle et privée à la perte », et « Le deuil est votre réponse partagée avec le monde qui vous entoure », où les êtres chers reflètent votre perte. Les deux sont essentiels au rebond.

Abandonnez votre rancoeur

Il est naturel de ressentir les conséquences de votre perte d’emploi au début, mais si vous portez une certaine rancoeur envers votre ancien employeur ou vos anciens collègues, cela ne fait de mal à personne, sauf à vous-même. Comme Ariana Huffington le dit dans le magazine Thrive « À l’écoute de votre sagesse intérieure, abandonnez aujourd’hui quelque chose dont vous n’avez plus besoin quelque chose qui consomme votre énergie sans bénéficier ni à vous ni aux personnes que vous aimez».

Méditez sur ceci : vous êtes plus que votre travail

« Vous êtes davantage que votre identité dans le contexte professionnel », déclare Alan  Wolfelt. « Faites l’inventaire de vos autres identités », dit-il, en particulier de celles qui vous nourrissent, comme être un parent, un ami ou un sportif accompli. « Il y a d’autres choses de valeur que vous apportez à la vie« .

Soyez juste “vous”, pendant un moment

Pour calmer votre esprit anxieux et éclairer votre chemin, éloignez-vous de tous les bruits de votre vie et prenez un long moment de silence, littéralement. Une étude a montré que deux heures de silence créaient de nouvelles cellules dans l’hippocampe, la région du cerveau associée à l’émotion, à l’apprentissage et à la mémoire. D’autres recherches démontrent le pouvoir du silence pour stimuler la créativité et l’innovation. Vous pouvez également utiliser le silence pour pratiquer des méditations brèves et quotidiennes. Une nouvelle étude montre que seulement 13 minutes par jour pendant 8 semaines améliorent la mémoire et l’attention, tout en réduisant les sautes d’humeur, l’anxiété et la fatigue. « Tout ce que vous pouvez faire pour arrêter de vivre frénétiquement et d’affirmer les joies d’être juste assis en silence, méditant, exprimant votre créativité, donnant de l’amour ou simplement en jouant et s’amusant« , dit Alan Wolfelt , « améliorera votre bien-être général, et vous donnera la voie à suivre pour aller vers un nouvel avenir radieux« .

 

PHASE 2 : LE VISIONNEMENT

Rédigez un énoncé de vision

Asseyez-vous et envisagez votre future vie professionnelle. Posez-vous des questions comme celles que Alan Wolfelt pose : «Si quelque chose était possible, que voudrais-je dans mon prochain travail? À quoi cela ressemblerait-il? Comment voudrais-je que ce soit différent de mon ancien travail? De quoi est-ce que je veux être responsable dans mon travail? Quels types de défis est-ce que je veux relever? Quels éléments me garderont motivé et intéressé? Quelles sont les caractéristiques que j’espère que mon patron, mes collègues ou mon équipe posséderont? ». Vos réponses vous aideront à concrétiser votre vision. Alan Wolfelt vous conseille de placer votre énoncé de vision dans un endroit où vous le verrez tous les jours pour vous rappeler ce que vous voulez.

Faites l’inventaire

Faites une liste qui confirme vos compétences actuelles et tout ce que vous avez accompli de manière professionnelle. « Notez vos forces personnelles, vos réalisations professionnelles, les défis que vous avez réussi à surmonter », suggère Alan Wolfelt. Diriger avec vos compétences essentielles renforcera votre estime de soi et renforcera tout ce que vous avez à offrir. Ensuite, rédigez une autre liste comprenant l’essentiel des lacunes professionnelles. Vous allez en tirer parti pour vous former et vous améliorez, ainsi devenir plus adapté et séduisant aux yeux de vos futurs employeurs.


PHASE 3 : L’ACTION

Apprendre de nouvelles choses

Continuez à apprendre des choses qui vous intéressent, à l’intérieur et à l’extérieur de votre domaine. Acquérir des connaissances au sein de votre environnement professionnel renforcera votre avantage concurrentiel, et cultiver des compétences en dehors de votre domaine apportera une perspective nouvelle et innovante à votre expertise et vous mènera peut-être vers de nouvelles passions. Quelques façons de développer votre base de connaissances :

  • Regardez des Ted Talks présenté par des penseurs expérimentés.
  • Profitez des cours gratuits dispensés dans des universités de renommée mondiale par le biais de Coursera.

« En actualisant continuellement vos compétences et vos expériences, vous pouvez trouver votre chemin vers une nouvelle opportunité », déclare Decembrele.

Réseautez et aidez les autres

La plupart des emplois, jusqu’à 80% des opportunités de carrières , selon un sondage se trouvent dans le réseautage. « Prenez donc l’habitude de créer des réseaux tout le temps », déclare Wolfelt. Cela signifie tendre la main à des amis et à d’anciens collègues, ainsi que discuter avec le gars assis à côté de vous dans un avion ou dans votre bar habituel. Et appuyez sur votre alma mater, les gens veulent souvent engager des personnes de la même université ou du même lycée. Rejoignez des groupes professionnels aussi. Vous rencontrerez probablement des personnes qui vous mettront en contact avec des employeurs potentiels. Et renforcez vos relations en offrant d’aider les autres, en établissant des liens stratégiques entre les personnes ou en partageant des conseils professionnels : « Pour chaque action que vous entreprenez pour cultiver votre propre communauté de carrière, agissez pour aider quelqu’un en dehors de votre réseau immédiat », déclare Decembrele.

« Le succès est de savoir à quel point vous rebondissez quand vous touchez le fond », a déclaré un jour George S. Patton, l’éminent général de l’armée américaine. En gardant cela à l’esprit, saisissez cette opportunité pour devenir votre meilleur et pour manifester de grands rêves.

 


Article inspiré de l’article 10 Things to Do After Losing Your Job de Stephanie Fairyington, pour Thrive Global.

Pas de commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

 
Laisser un commentaire