VOTRE CARRIÈRE, AVEC PASSION.
MENU
Être rappelé

Être rappelé

L’équipe éditoriale de The Muse nous donne des conseils sur les questions les plus fréquemment posées en entretien d’embauche.

Nous aimerions tous connaître à l’avance les questions qu’un responsable du recrutement pourrait poser en entretien. Bien qu’il soit déconseillé d’avoir des réponses toutes faites pour chaque question d’entretien, il est tout de même recommandé de préparer des éléments de réponse qui montreront que vous êtes le candidat idéal pour le poste visé.

  • Décrocher un entretien d’embauche est déjà une première victoire lorsque l’on est en recherche d’emploi.
  • Il n’y a pas de meilleur moyen pour le recruteur pour cerner votre personnalité et pour en apprendre davantage sur vous.
  • Découvrez les 15 questions que les recruteurs posent lors d’un entretien pour apprendre à mieux vous connaître.

 

Voici les questions les plus couramment posées par les recruteurs pour déterminer votre personnalité.

 

1. Pouvez-vous me parler un peu de vous ?

Il s’agit d’une question simple, au premier abord, et sous-estimé par beaucoup de candidats. Il ne s’agit pas là de détailler votre expérience professionnelle ou de donner des informations trop personnelles. Votre réponse doit être suffisamment précise et vous devez montrer pourquoi vous êtes le meilleur candidat pour ce poste. Citez des expériences spécifiques que vous souhaitez que le recruteur connaisse, puis expliquez comment votre précédente expérience peut vous être utile pour le poste que vous visez actuellement.

 

2. Quelles sont vos plus grandes forces professionnelles ? 

Soyez précis lorsque vous répondez à cette question. Partagez vos véritables points forts, non pas ceux que le recruteur souhaite entendre. Soyez pertinent et choisissez parmi vos forces celles qui ciblent le plus ce poste. Ayez une réponse spécifique : par exemple, au lieu de «compétences interpersonnelles», choisissez «communication persuasive» ou «établissement de relations».
Ensuite, donnez avec un exemple de la manière dont vous avez utilisé ces caractéristiques dans un contexte professionnel.

 

3. Que considérez-vous comme vos faiblesses ? 

En vous posant cette question, le recruteur cherche à évaluer votre honnêteté et votre conscience de soi. Trouvez un équilibre en pensant à quelque chose que vous ne maîtrisez pas totalement mais sur lequel vous travaillez pour vous améliorer. Par exemple, vous n’êtes peut-être pas très à l’aise lorsqu’il s’agit de parler en public, mais vous avez récemment proposé d’organiser des réunions pour vous aider à sortir de votre zone de confort.

   

4. Quelle est votre plus grande réussite professionnelle ? 

Si vous avez eu des résultats excellents dans vos précédents postes, n’hésitez pas à en parler au responsable de recrutement. Pour ce faire, procédez de la manière suivante : détaillez la situation et le contexte (par exemple, « Dans mon dernier emploi en tant qu’analyste junior, mon rôle était de gérer le processus de facturation »), puis décrivez les actions que vous avez mis en place et enfin exposez les résultats que vous avez obtenus. Par exemple, « En un mois, j’ai été amené à simplifier le processus de facturation, ce qui a permis d’économiser jusqu’à 10 heures de temps par mois à chaque membre de mon équipe. Cela a également baissé de 25% le risque de faire des erreurs sur les factures. »


5. Parlez-moi d’un défi ou d’un conflit que vous avez eu à surmonter au travail et de la façon dont vous l’avez géré.

En posant cette question, le recruteur veut comprendre comment vous réagissez face au conflit. Tout le monde peut paraître sympathique et agréable lors d’un entretien d’embauche, mais que se passera-t-il lorsque vous serez embauché et que vous ferez face à une situation délicate ou conflictuelle ? Partagez une anecdote sur une fois où vous avez su gérer une situation difficile à laquelle vous avez trouvé une solution ou un bon compromis.

Lire aussi : 4 façons de répondre à la question « quelle est votre plus grande faiblesse »

 

6. Où vous voyez-vous dans cinq ans ?

Lorsque cette question vous est posée, soyez honnête et précis quant à vos futurs objectifs. Gardez en tête qu’un responsable du recrutement veut savoir trois choses :
– Si vous avez des attentes réalistes quant à votre carrière.
– Si vous avez de l’ambition.
– Si le poste correspond à vos objectifs et à votre croissance. 

Restez réalistes et voyez comment ce poste pourra vous mener là où vous le souhaitez. Il est tout à fait normal de ne pas être sûr de ce que vous réserve l’avenir, mais considérez que cette expérience est fondamentale pour vous aider dans votre future carrière.
 

7. Quel est votre emploi de rêve ?

Ici, le recruteur veut déterminer si ce poste correspond vraiment à vos objectifs ultimes de carrière. Le mieux est de parler de vos objectifs et de vos ambitions – et de la raison pour laquelle cet emploi vous rapprochera d’eux.

8. Quel est votre style de management ?  

Les meilleurs managers savent faire preuve de fermeté et de flexibilité. C’est exactement ce que vous voulez démontrer grâce à votre réponse. Vous pouvez par exemple répondre :  « J’ai conscience que chaque situation requiert une stratégie personnalisée et que je dois également m’adapter à chaque membre de mon équipe. » Ensuite, partagez quelques exemples où vous avez su faire preuve d’un management hors pair, comme lorsque votre l’effectif de votre équipe a doublé ou triplé, ou encore quand vous avez aidé un de vos collaborateurs à monter en grade et à augmenter ses performances.

 

9. Quand avez-vous fait preuve de leadership ? 

En fonction de ce qui est le plus important pour le poste visé, vous devez choisir un exemple mettant en valeur vos compétences en gestion de projet (comme, par exemple, lorsqu’il s’agit de diriger un projet de bout en bout, tout en ayant à gérer de multiples aspects en même temps). Un autre exemple judicieux pourrait être celui où vous montrez votre capacité à rassembler une équipe. Les histoires les plus convaincantes doivent contenir suffisamment de détails pour être crédibles et mémorables. Montrez comment vous avez fait preuve de leadership dans cette situation et en quoi cela représente votre expérience et votre potentiel en matière de leadership. 

 

10. Comment votre patron et vos collègues vous décriraient-ils ? 

Tout d’abord, soyez honnête et rappelez-vous que si vous obtenez ce poste, le responsable du recrutement appellera sans doute vos anciens patrons et collègues de travail ! Ensuite, essayez de dégager vos forces et des traits de caractère dont vous n’avez pas encore parlé dans l’entretien, tels que votre solide éthique de travail ou votre volonté de participer à d’autres projets et de prêter main forte.

Lire aussi : Comment répondre à la question où vous voyez-vous dans 5 ans ?


11. Comment gérez-vous la pression ou les situations stressantes ?

Choisissez une réponse qui montre que vous pouvez faire face à une situation stressante de manière productive et positive et que rien ne vous empêche de réaliser vos objectifs. Une bonne approche consiste à parler de vos tactiques de réduction du stress, puis à partager un exemple de situation stressante dans laquelle vous avez su facilement gérer la situation.

12. Qu’aimez-vous faire en dehors du travail ? 

Les recruteurs posent des questions personnelles lors d’un entretien pour voir si les candidats s’inscrivent dans la culture d’entreprise et leur donner l’occasion de s’ouvrir et d’afficher leur personnalité. En d’autres termes, si une personne vous interroge sur vos passe-temps en dehors du travail, c’est tout à fait acceptable de vous ouvrir et de partager ce qui vous motive vraiment. (Restez toutefois professionnel : vous pouvez dire que vous aimez partager quelques bières avec vos amis le week-end, mais évitez de leur dire que vous détestez le lundi parce-que vous avez généralement une gueule de bois).


13. Quel animal souhaiteriez-vous incarner ?

Ce type de question, que l’on poserait lors d’un test de personnalité, peut également être posée lors des entretiens d’embauche. Il n’y a pas de mauvaise réponse, mais vous gagnerez immédiatement des points bonus si votre réponse reflète votre personnalité ou vous permet de vous connecter avec le responsable du recrutement. Conseil pro : essayer de gagner du temps pour réfléchir, en disant  par exemple : «Voilà une excellente question. Je pense que je devrais dire… »


14. Combien de balles de tennis peux-tu insérer dans une limousine ?
 

1000? 10 000? 100 000? Eh oui, il est possible que l’on vous pose des questions telles que celles-ci, en particulier pour des postes où vous aurez à manier les chiffres. Mais rappelez-vous que le recruteur ne veut pas nécessairement un nombre exact, il veut s’assurer que vous comprenez ce que l’on vous demande et que vous faites preuve de logique pour répondre. Alors, prenez juste une profonde respiration et commencez à réfléchir aux calculs. (Et il est de bon augure de demander un stylo et du papier!)


15. Quelles sont vos prétentions salariales ?
 

La règle n°1 pour répondre à cette question est de faire une recherche sur les salaires moyens à votre niveau, sur des sites spécialisés tels que Glassdor. Vous pouvez déjà choisir une tranche de salaire et nous vous recommandons d’indiquer le nombre le plus élevé de cette tranche. Le tout est de rester réaliste et de faire votre choix en fonction de votre expérience, de vos études et de vos compétences. Ensuite, assurez-vous que le responsable du recrutement sait que vous êtes flexible. Précisez alors que vous savez que vos compétences sont précieuses, mais que vous voulez ce travail et que vous êtes prêt à négocier.

Article inspiré de l’article How to Answer the 31 Most Common Interview Questions pour The Muse.

 

Continuez votre lecture sur notre blog :

Pas de commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

 
Laisser un commentaire