VOTRE CARRIÈRE, AVEC PASSION.
MENU
Être rappelé

Être rappelé

Le CEO de Ladders Inc., Marc Cenedella prodigue ses conseils pour maximiser vos chances à votre prochain entretien.

Les trois éléments essentiels qu’un entretien doit déterminer : savoir si vous êtes fait pour le poste, pour l’entreprise et pour votre futur dirigeant.

Quels sont les besoins spécifiques du poste ?

L’entreprise cherche-t-elle un style particulier de collaboration ? Est-ce que vous correspondez à la description, à la rémunération, aux compétences, au rôle, aux responsabilités, à l’expérience antérieure, aux capacités, au style de communication et à la cadence de travail dont le dirigeant a besoin pour ce poste ?

S’assurer qu’il existe une correspondance entre vos qualités et les critères de l’entreprise, c’est déjà faire la moitié du chemin.

L’autre moitié consiste à déterminer si l’entreprise est faite pour vous. Les entretiens ne sont absolument pas à sens unique et, trop souvent, les candidats oublient de poser des questions.

Lire aussi : Le rôle de l’intelligence artificielle dans le futur de la recherche d’emploi

Le poste s’inscrit-il dans la logique de votre carrière ? Est-ce que cela correspond à vos ambitions ? L’entreprise répond-elle à vos attentes en termes de taille et de culture ?

Il semble évident de se poser ces questions avant un entretien mais elles sont souvent laissées sans réponse car jugées secondaires.

Lire aussi :  Quelques conseils pour rédiger un CV idéal selon Glassdoor

J’ai conseillé des professionnels compétents qui ont été convaincus d’occuper un poste en dehors de leurs intérêts ou de leurs projets. Il y a une raison pour laquelle tant de nouveaux salariés ne correspondent pas à leur poste, et le processus d’entretien en est la cause.

Pour déterminer au mieux votre capacité à faire ce que le poste exige, vous devez poser des questions.

Ce sont des conseils très simples qu’ils sont à peine qualifiés de conseils. Des centaines de fois j’ai demandé à des personnes allant à des entretiens ce qu’ils attendaient du poste. En général, ils répondent avec un regard vide ou un murmure hésitant.

Pendant l’entretien, demandez au recruteur quelles sont les trois choses les plus importantes pour réussir dans ce poste. Vous ne voulez en connaître que trois, car c’est le nombre d’éléments que vous pourrez traiter au cours de plusieurs jours d’entretiens. Cela oblige également l’entreprise à établir ses priorités. Il y a des dizaines de choses que les recruteurs aimeraient savoir, mais en vous indiquant les trois plus importantes, vous saurez comment ils prendront la décision. En outre, qu’il s’agisse d’examiner vos antécédents professionnels dans le contexte de ces trois facteurs ou de comparer les différentes réponses que vous avez obtenues des recruteurs pour déterminer si ce sont leurs priorités, cela confirmera au dirigeant après votre entretien qu’il a compris vos intentions.

Lire aussi :  Comment expliquer les périodes d’inactivité dans votre CV ?

Vous ne serez peut-être pas surpris d’apprendre que l’entreprise sera heureuse de vous dire quelles sont les trois choses les plus importantes pour réussir dans votre travail. Les recruteurs seront agréablement surpris car peu de personnes commencent le processus d’entretien en se focalisant sur les besoins de l’entreprise plutôt que sur leurs propres capacités. Vous vous démarquerez dès le départ. C’est un signe encourageant pour les recruteurs prouvant que votre style consiste à mieux les comprendre, avant de parler de vous.

Trois est le chiffre magique pour défendre votre candidature.

Lorsque le recruteur vous fournit les trois éléments les plus importants, vous devez les examiner. Ces trois facteurs correspondent-ils à vos forces et à ce que vous souhaitez faire ensuite ?

Si les trois éléments vous correspondent, ce sera votre atout et vous serez prêt à affronter vos autres entretiens.

Inversement, si les trois éléments sont totalement inutilisables, le plan d’action est simple : faites savoir au recruteur que le poste ne correspond pas avec votre plan de carrière. Vous pourriez être tenté de trouver un compromis, mais ce n’est pas une approche productive.

Informer l’entreprise dès le départ de l’inadéquation impressionne par votre conscience de soi, votre respect de leur temps et votre bon jugement.

En montrant vos bonnes manières en tant que candidat, vous êtes plus susceptible d’être informé d’autres opportunités. Si vous positionnez vos commentaires comme suit : « Ce poste ne me correspond pas pour les raisons un, deux et trois, mais si vous avez quelque chose qui nécessite x, y et z, je serais un meilleur candidat pour ce type d’opportunité. »

Lire aussi : Toutes les offres d’emploi ne sont pas bonnes à prendre !

Ce genre de remarques vous mènera au succès.

Un mélange des trois facteurs peut être problématique : un ou deux sur les trois ne correspondent pas, mais les autres correspondent. Dans ces cas-là, usez de votre jugement professionnel. Parlez-en avec le recruteur avant de vous présenter à l’entretien. Il se peut qu’il ait mal défini ses priorités et qu’il clarifie les choses d’une manière qui facilite la prise de décisions. Mais, en fin de compte, la décision vous reviendra.

Les questions que vous posez révèlent votre jugement professionnel.

Vos questions sont-elles liées au travail et à vos fonctions ou demandez-vous simplement pour vous vanter ? Les deux approches révèlent quelque chose de significatif sur la manière dont vous gérez les réunions, les conversations et les tâches professionnelles. Vos mots valent moins que vos actions. Soyez donc clair sur le message que vous souhaitez envoyer avec votre préparation et vos questions.

Source : Entrepreneur

Pas de commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

 
Laisser un commentaire