VOTRE CARRIÈRE, AVEC PASSION.
MENU
Être rappelé

Être rappelé

[recaptcha]

Jenny Foss est coach en stratégie de carrière et chargé de recrutement. Ses années d’expérience en recrutement lui permettent aujourd’hui de donner des conseils avisés pour réussir ses entretiens d’embauche.

 

  • Vous êtes à la recherche d’un emploi depuis un moment et voilà qu’enfin vous décrochez un entretien d’embauche. Mais voilà, vous craignez de perdre vos moyens…
  • Un licenciement est une étape stressante qui peut amener à une perte considérable de confiance en soi
  • Voici quelques conseils qui vous permettront de reprendre confiance en vous et de mieux vous préparer pour vos futurs entretiens.

 

Souvenez-vous de ce moment où votre patron vous a demandé de plier bagage et de rendre vos outils de travail, téléphone portable, ordinateur et même les clefs de votre voiture de fonction. Ça vous rappelle quelque chose ?

Heureusement, après six semaines à tâtonner, suivis de deux mois de recherche intensive d’un emploi qui serait fait pour vous, vous avez enfin réussi à décrocher un entretien d’embauche. Et l’entreprise en question vous plaît énormément.

Mais vous avez un léger doute : qu’allez-vous faire quand cette question redoutable se posera: « Pourquoi avez-vous quitté votre dernier emploi? »

Vous allez commencer à expliquer ce qui s’est passé, à partager ce que vous avez appris, puis à rabâcher que vous avez toutes les compétences hors-norme requises pour le poste visé. Même si cela semble simple, ça ne l’est pas toujours, surtout si vous ressentez encore de vives émotions face à votre licenciement ou si vous réduisez votre estime de soi à « je suis le bon à rien qui s’est fait viré».

Mais si vous voulez vraiment ce travail, voici ce que vous devez faire quand on vous pose la question redoutée lors de votre entretien.



  1. Soyez maître de vos émotions avant chaque entretien


C’est la première étape avant de commencer à rechercher de nouvelles opportunités ou à vous présenter en entretien.

Si vous ne pouvez pas aller à une réunion la tête reposée tout en ayant la capacité de parler calmement de vos qualifications et de votre expérience professionnelle, consacrez le temps qu’il faut en amont pour traiter de ce qui s’est passé et trouver votre paix intérieure.

Retenez bien ceci : personne n’engage une tête brûlée. À l’exception, peut-être, des boîtes de nuit à la recherche de videurs très intimidants ou des médias qui veulent à tout prix faire le buzz. Tous les autres employeurs s’attendront à ce qu’un professionnel avisé se présente à eux. Soyez cette personne.

 Lire aussi : Salariés licenciés, pourquoi accepter un outplacement ?

 

  1. N’hésitez pas à expliquer – succinctement – ce qui s’est passé

 

Dites-en le moins possible. Si vous vous perdez dans votre histoire, que vous ne semblez pas sûr de votre version des faits, alors votre recruteur aura tendance à penser que vous tentez de dissimuler quelque chose.

 

Un dialogue authentique, honnête et concis, à la manière suivante: « Malheureusement, j’ai été mis à l’écart », vous sera plus favorable. Rappelez-vous que votre interlocuteur est humain. Nous autres – êtres humains, donc –  faisons face à des obstacles similaires : vous n’êtes pas le seul à avoir été licencié de votre travail. Gardez-cela à l’esprit lorsque vous discutez avec un recruteur.

 

  1. Discutez de ce que vous avez appris, puis revenez sur le sujet.


C’est après un échec majeur que nous grandissons réellement. Donc, une fois que vous avez décrit ce qui s’est passé, vous devez absolument partager avec le recruteur ce que vous avez appris de cette expérience.

Décrivez comment vous avez grandi et comment vous abordez votre travail et votre vie maintenant. Puis n’oubliez pas de montrer vos atouts en tant que candidat à ce poste. Si vous pouvez positionner cette expérience d’apprentissage comme un avantage pour ce prochain emploi, c’est encore mieux.

Lire aussi : L’échec fait partie du succès

 

  1. Ne jamais médire sur votre patron ou votre entreprise


Peu importe à quel point vous êtes tentés et quel que soit le sentiment que vous avez, ne critiquez pas votre ancienne boîte. Vous passerez pour une personne aigrie et personne ne voudrait travailler avec quelqu’un de désagréable.

 

  1. Récapitulez ce que vous avez à offrir en précisant votre intérêt


Pour vous assurer que l’entretien se termine sur une note positive, prenez le temps de récapituler les principaux éléments que vous estimez pouvoir offrir à cette organisation, à ce recruteur, avant de quitter la réunion. Faites bien comprendre que vous pouvez répondre aux besoins de l’équipe, et que le poste vous intéresse beaucoup.

Inspiré de l’article Stop Cringing ! How To Tell An Interviewer You’ve Been Fired par Jenny Foss pour The Muse

Lire aussi :

 

 

Pas de commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

 
Laisser un commentaire