VOTRE CARRIÈRE, AVEC PASSION.
MENU
Être rappelé
Être rappelé

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Un parallèle original entre séduction et recrutement : Le livre de Mathieu Menet « Fuck le chômage ».

Dans la drague comme dans la recherche d’emploi, il vous faut séduire votre interlocuteur pour parvenir à vos fins. Pour cela, vous devez comprendre la psychologie de la personne qui se trouve face à vous, ce qui vous bloque et vous rend timide et vous exercer à sortir de votre zone de confort. Dans son livre FUCK le chômage, Mathieu Menet, 26 ans, vous apprend à devenir un prédateur de jobs (et au passage un bon dragueur), le tout dans l’humour et la bonne humeur. Suivez le guide.

 

 

1/ Etablissez une « not to do list »

 

Commencer par supprimer tout ce qui est superflu dans votre vie. Cessez de regarder vos mails toutes les demi-heures, de vous abrutir devant la télé, Internet ou sur la console de jeu. Faites du sport et prenez l’air !

 

 

2/ Identifiez vos sources de bonheur et de malheur

 

Posez vous les questions suivantes : « Quelles sont les 20% de sources qui causent 80% de mes problèmes ? » Et : « Quelles sont les 20% de sources qui causent 80% de mon bonheur ? » Une fois, les bonnes sources identifiées, concentrez vous uniquement sur elles. Pour éviter de retomber dans vos anciens travers, rappelez vous de la loi de Parkinson : plus vous aurez de temps pour faire quelque chose, plus vous serez lent et moins vous serez efficace. Fixez vous donc une limite de temps pour toute action à accomplir.

 

3/ Savoir rebondir après un échec

 

Dans la drague comme dans la recherche d’emploi, il faut savoir aller de l’avant après un échec. Pour pouvoir tourner la page, il est indispensable d’extérioriser. Parlez de votre peine ou de votre frustration à vos proches. Analysez vos erreurs pour ne pas les reproduire. Ensuite, faites des projets. Et surtout, prenez l’habitude d’assimiler tout échec à une réussite car, après tout, il vous aura bien appris quelque chose ! Il s’agit de tourner la loi de Murphy (loi de l’emmerdement maximum) en son alter ego positif : « Si quelque chose peut bien tourner, alors cette chose finira infailliblement par bien tourner ». Ainsi donc, plus vous positiverez et plus de bonnes choses seront susceptibles de vous arriver car vous serez d’avantage à l’affut des opportunités qui s’offrent à vous.

 

4/ ALPHA et MOJO

 

Maintenant que votre mental est d’acier, passons à votre aura, c’est à dire à l’image que vous renvoyez au monde extérieur. Pour exceller dans la drague et dans la recherche d’emploi, transformez vous en un alpha, un dominant. Pour devenir le/la beau/belle gosse charismatique du lycée auquel vous avez toujours secrètement rêvé de ressembler, commencez par imiter ses qualités. Un dominant a une vision claire et à long terme de la vie, il est ambitieux, il est calme dans les situations de crise, il a une attitude positive et encourageante, il est intègre, cohérent et compétent, il inspire, motive et fait évoluer les autres. En bref, il est super.

 

Vous êtes désormais un expert dominant, alors passons à votre Mojo (ce terme désigne le pouvoir de séduction sexuelle). Ouvrez vous au monde en osant provoquer les choses. Concentrez vous sur votre santé, vos activités et votre cercle social. En effet, pour réussir, il est capital que vous pétiez la forme car en vous embauchant les entreprise font un pari sur l’avenir. Si vous reflétez une mauvaise hygiène de vie, vous aurez peu de chances de trouver un travail car le recruteur verra en vous une source potentielle de futurs problèmes (efficacité limitée, congés maladie, mauvaise intégration…). Faites donc en sorte que votre corps se sente bien et votre mental suivra. Vos activités, quant à elles, peuvent être déterminantes dans l’obtention d’un emploi. Quand un recruteur hésite entre deux personnes à qualifications égales, il se penche sur leurs hobbies pour trancher. Sur votre CV, évitez des « centres d’intérêt » trop vagues et banals tels que lire ou voyager. Par ailleurs, le fait que vous ayez des activités extra-professionnelles laisse supposer que vous êtes quelqu’un d’actif, de social, d’énergique et de persévérant. Enfin, il est fondamental de bien savoir s’entourer. Chacun de vos amis doit pouvoir vous aider dans votre recherche d’emploi, en vous donnant des conseils ou en vous présentant à des gens. Plus de gens prospectent pour vous et plus vite le chômage sera terminé.

 

5/ Une fois dans l’arène, restez cool

 

Le recruteur ne doit pas plus vous impressionner que votre animal de compagnie. Rappelez vous qu’il ne s’agit pas d’un ogre mais d’une personne normale en quête d’un nouveau collaborateur. Aussi, il ne faut ni avoir une attitude de fayot (votre interlocuteur vous mépriserait) ni trop détendue (cela vous décrédibiliserait). Trouvez un juste milieu. Le recruteur est là pour vous tester. Aussi vous titillera-t-il sans doute pour tester votre patience et votre capacité à gérer la pression. Alors ne paniquez pas et apprenez à rester cool en toute situation.

 

6/ L’art du push/pull

 

Maintenant que vous savez vous contrôler, il est temps d’apprendre à jouer avec les autres. Le but est de renverser la vapeur afin que vous vous retrouviez, à votre tour, en situation de force par rapport à votre interlocuteur. Pour cela, il existe une technique infaillible, celle l’ascenseur émotionnel. Elle se pratique grâce au concept du push/pull.

 

D’un côté, il y a le pull, qui attire. Ayez une attitude chaleureuse et ouverte : bras ouverts, penché vers votre interlocuteur, regard plongé dans ses yeux, bouche qui déborde de questions sur l’entreprise… En montrant à votre cible à quel point elle vous intéresse, vous la rassurez. Pour autant, il est important de ne pas passer pour une bonne poire qui dit « oui » à tout et n’ose pas se battre pour une augmentation. Il faut donc balancer le côté gentil avec celui, plus agressif, du pull. Cela vous permettra de déstabiliser votre potentiel employeur, ce qui est toujours très séduisant pour lui. En drague, ça donne : « Je ne pourrais pas vivre avec toi (push), j’y prendrais goût (pull). » Ou encore : « Je voulais te faire un compliment (pull) mais j’ai déjà oublié. Ça ne devait pas être important (push). » Compris ?

Alors à vous de jouer !

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Pas de commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

 
Laisser un commentaire