VOTRE CARRIÈRE, AVEC PASSION.
MENU
Être rappelé

Être rappelé

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

 

Dans le monde hyper connecté d’aujourd’hui, il  devient de plus en plus difficile de décrocher de nos appareils connectés. Toutefois, alors que la déconnexion au travail devient une question toujours plus stratégique pour les RH, plusieurs chefs d’entreprise prennent l’initiative en encourageant cette pratique. Voici ce que ces sept PDG nous ont confié: ce qu’ils pensaient des avantages à se déconnecter, leurs relations avec leurs téléphones ainsi que leur façon de traiter les courriels :

 

1. Jeff Weiner, PDG de LinkedIn

Quand il s’agit de son téléphone,  Jeff Weiner s’impose une règle selon lui primordiale : Ne jamais aller se coucher avec son smartphone : « Mon téléphone est l’appareil le plus essentiel que j’utilise, mais ce n’est pas le cas pendant que je dors. J’évite donc de le garder dans ma chambre à coucher ».

Sur la façon dont il traite le courrier électronique:

« Pour recevoir moins d’email, j’essaie tout simplement d’envoyer moins d’email. J’essaie également d’effacer tous les courriers électroniques non lus au moins une fois par matin et chaque soir. Enfin, je n’envoie pas de courrier électronique après 23 heures, ou avant 5 heures du matin  »

 

2. Megha Mittal, présidente d’ESCADA

A propos de la relation avec son smartphone :

« J’ai fait un effort conscient pour ne plus avoir mon téléphone avec moi le soir quand je suis avec mes enfants parce qu’ils méritent toute mon attention, ce qui est impossible quand on a un téléphone professionnel dans les parages! J’ai également arrêté de dormir avec mon téléphone. En revanche, je vérifie toujours mon téléphone trop souvent pendant la journée, ce qui n’est pas souhaitable mais je sens déjà une différence. »

 

3. Chip Bergh, PDG de Levi Strauss & Co.

Lorsqu’on lui posa la question de savoir s’il dormait avec le téléphone non loin de son lit:

« Non, je le range dans ma commode. J’essaie de le garder dans ma poche arrière lorsque je suis en famille ou en réunion. Mais en termes de véritable déconnexion, ce n’est pas toujours réussi.  »

Sur la façon dont il traite ses emails:

« Je vérifie régulièrement, mais je ne surveille pas forcément ma boite mail toute la journée. Dans le cas d’un problème urgent, je vais préférer appeler ou envoyer un SMS. Quand je suis en réunion – ce qui résume bien la plupart de mes journées de travail , je fais un effort pour être présent et concentré. Je consulte mes emails tard dans la matinée; puis une fois de plus en fin de journée, avant de partir du bureau. Parfois, je vérifie le soir à la maison. Je suis également très conscient du «signal» que mes emails renvoient aux personnes qui les reçoivent, alors j’essaie de ne pas envoyer d’emails tard dans la nuit ou trop tôt le matin. »

 

4. Mike O’Neill, Président Directeur Général de BMI (équivalent de la SACEM anglo-saxon)

Lorsque le New York Times lui a posé une question à propos de sa culture du travail, O’Neill a déclaré:

«L’une de mes choses favorites lorsque nous entrons dans une réunion du personnel est de dire:« Quelqu’un attend-il un appel? Y a-t-il une urgence? Si non, éteignez vos téléphones. Nous sommes ici pour 35 minutes à une heure. Nous pouvons nous concentrer suffisamment pour cela. Si vous avez quelque chose qui vous semble urgent, vous pouvez sortir de la pièce et le faire, mais faites le nous savoir auparavant. »

Et quand on lui a demandé si c’était une règle qu’il a toujours appliqué, il répondit:

« Toujours. C’est comme s’asseoir sur une chaise haute de sauveteur. Vous pouvez vous concentrer pendant une heure. L’Internet est très intrusif de cette façon. Il nous empêche de rester concentrer. Dans certaines réunions, j’ai vu des gens toujours sur leurs téléphones et je me demandais: « Pourquoi êtes-vous ici? »

 

5. Alexandra Cavoulacos, fondatrice de TheMuse.com

« Je pourrai dire qu’aujourd’hui mon téléphone et moi-même avons une relation co-dépendante. Toutefois je trouve que j’ai effectué un meilleur travail depuis l’année dernière en me dessinant moi-même les limites de son utilisation. La clé a été de supprimer toutes les alertes et notifications de mon téléphone, de sorte que je puisse vérifier mes mails quand je voulais, sans pressions aucunes. Enfin je suis très prudente lorsque je suis en week-ends ou en vacances. Il est facile de développer un reflex  pavlovien avec votre téléphone, se connectant par exemple à Gmail sans même se rendre compte que vous l’avez fait. J’aime utiliser le mode avion de manière stratégique. Durant ma lune de miel, je suis même allée jusqu’à éliminer tous les courriers électroniques de mon téléphone pendant deux semaines complètes. »

 

6. Martin Lindstrom, expert de la Marque clientèle et auteur à succès

Sur la question de l’utilisation du téléphone au lit :

Je ne l’utilise absolument jamais – il faudrait être fou. Il y a sept ans, j’ai pris une décision très importante : ne pas suivre la mode des smartphones. Simplement parce que j’ai remarqué à quel point les smartphones impactent notre vie. Nous ne nous ennuyons plus, seulement l’ennui est la base de la créativité ! J’ai donc acheté un ancien Nokia analogique – difficiles à obtenir de nos jours. Seule option: eBay. In fine, cela m’a permis de me sentir plus «présent ». Nous ne sommes jamais présents désormais : nous ne nous regardons plus, nous n’interagissons plus avec les gens (dans le monde physique) et oui, nous ne nous ennuyons plus. D’ailleurs puisque vous m’en parlez, je ne pourrai même pas vous dire où est mon téléphone, peut-être parce que je ne l’utilise que quelques fois dans la semaine. »

A propos de la façon dont il traite le courrier électronique:

«J’essaie de consulter mes e-mails deux fois par jour. Pas plus – car c’est très addictif, je le sais. Alors j’essaie de me contrôler en veillant toujours à ce que j’accorde du temps pour ce qui compte vraiment. »

 

7. Danielle DuBoise, cofondatrice de Sakara Life (Livraison de repas biologique)

«Je suis assez attachée à mon téléphone pendant la semaine de travail, mais il est important de débrancher. Mon mari et moi pratiquons quelque chose appelé «Dimanche sacré» toutes les semaines … pas d’écrans, pas d’emails, pas de messages textuels, pas d’appels. On se connecte les uns avec les autres et on profite de ce moment ! »

 

Inspiré du travail de Emma Haak.

Source : https://www.thriveglobal.com/stories/70-how-8-successful-business-leaders-unplug

Articles pouvant vous intéresser :

Nouvelle Assemblée : que vont devenir les collaborateurs parlementaires licenciés ?

Les meilleures habitudes de 12 personnalités mondiales

Le langage du succès

Productivité : les secrets d’Elon Musk, de Bill Gates et de Mark Zuckerberg

J’ai quitté mon job pour voyager, sans que cela ruine ma carrière

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Pas de commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

 
Laisser un commentaire