Morgan Philips Group acquiert les activités de recrutement d'Hudson en Europe

Voir
VOTRE CARRIÈRE, AVEC PASSION.
MENU
Être rappelé

Être rappelé

femme-manager

Être promu à un poste de manager est une bonne chose: vous aurez probablement un meilleur salaire, un bureau personnel  et beaucoup plus de responsabilités. Mais une nouvelle recherche publiée dans SAGE Journals (groupe de presse américain) a révélé que seuls les hommes éprouvent une augmentation de la satisfaction au travail quand ils sont promus à un rôle de manager, tandis que les femmes deviennent significativement moins satisfaites.

La chercheuse Daniela Lup, maître de conférences en sociologie quantitative à la Middlesex University de Londres, parle de ses découvertes dans la Harvard Business Review.

Daniela Lup souligne que bon nombre des avantages liés à l’obtention d’une promotion, comme «l’autonomie au travail et le pouvoir décisionnel, ainsi qu’un prestige professionnel supérieur», ont une incidence positive sur la satisfaction au travail. Mais, comme le note la chercheuse, «les expériences des femmes qui deviennent managers sont plus complexes».

Daniela Lup a utilisé des données de haute qualité sur 10 ans qui comprennent des informations sur des milliers d’hommes et de femmes promus à des postes de manager  au Royaume-Uni. Elle a constaté que bien qu’il n’y ait pas de «différence statistiquement significative» dans la satisfaction au travail entre les hommes et les femmes avant d’être promu à un poste de gestionnaire, l’écart augmente au moment de la promotion et s’élargit un an plus tard.

Quant à savoir pourquoi cela se produit, Daniela Lup écrit que de nombreuses dirigeantes ont rapporté qu’accepter une promotion s’accompagnait d’une part équitable d’obstacles, comme «avoir leur légitimité contestée et leurs contributions sous-évaluées». Cela est compatible avec l’hypothèse du «plafond de verre», selon laquelle, en général, le travail est plus difficile pour les femmes, surtout lorsqu’elles essaient de gravir les échelons.

Elle a également examiné si le fait d’être promu à un poste de manager de niveaux différents amplifie ou non ce phénomène. Peu importe le niveau du poste de manager auquel les salariés étaient promus, les hommes étaient satisfaits dans leur travail au moment de la promotion et un an plus tard. « Les résultats pour les femmes étaient nettement différents », écrit-elle. Les femmes promues à un poste de manager de niveau inférieur n’ont pas déclaré une augmentation de leur satisfaction au travail – il est resté à peu près le même pendant et après la promotion. Mais les femmes promues à des postes de niveaux supérieurs ont rapporté une «diminution significative de la satisfaction après la première année», écrit-elle.

Cette constatation, crée à son tour un cercle vicieux: les femmes seront moins susceptibles de continuer à chercher des promotions si elles sont malheureuses, ce qui diminuerait le groupe déjà restreint de femmes en lice pour les meilleurs emplois, tandis que les hommes restent – et continuent à vouloir être promus.

Mais il peut y avoir des façons de contester cette tendance au niveau organisationnel et individuel. Une des façons d’y arriver, écrit Daniela Lup, est que les femmes qui cherchent ces promotions «trouvent des moyens d’évaluer de manière réaliste les difficultés rencontrées» et se   préparent à l’avance, en trouvant des mentors, ou des  coaches qui pourraient les aider à surmonter cet obstacle.

Source : https://hbr.org/2017/11/research-becoming-a-manager-increases-mens-job-satisfaction-but-not-womens

Lire aussi:

« J’ai quitté mon job pour voyager, sans que cela ruine ma carrière »

Productivité : les secrets d’Elon Musk, de Bill Gates et de Mark Zuckerberg

Comment afficher sa confiance en soi ?

Les phrases qu’un recruteur n’aime pas entendre

Pas de commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

 
Laisser un commentaire