VOTRE CARRIÈRE, AVEC PASSION.
MENU
Être rappelé

Être rappelé

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Au cœur d’une crise économique aux multiples répercussions – professionnelles et personnelles, la loi du 05 Mars 2014 vient redonner de l’importance au salarié en insistant sur deux points essentiels : sa formation et son employabilité.

« Gérer son employabilité » : ce que dit la loi du 5 Mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l'emploi et à la démocratie sociale

Les entreprises ont aujourd’hui une obligation de formation à travers le CPF (Compte Personnel de Formation), mais également en termes de qualité d’accompagnement : l’employabilité.

 

Cette loi soulève alors une question majeure : comment une entreprise peut-elle porter la même attention à chacun de ses salariés concernant leur projet professionnel, mais aussi leur accompagnement concret au sein de la structure ?

 

En effet la loi du 5 mars 2014 demande aux entreprises de faire preuve d’un réel suivi en matière d’évolution professionnelle. En plus de l’entretien annuel d’évaluation, un entretien obligatoire doit être effectué tous les deux ans, ainsi qu’un bilan professionnel tous les 6 ans. Si une entreprise ne réalise pas d’entretien professionnel tous les deux ans ou si elle ne peut pas satisfaire deux des trois exigences citées ci-dessous elle devra verser à son OPCA une somme égale à 3.000 euros pour un salarié à temps plein et 3.900 euros pour un salarié à temps partiel.

• Avoir permis à ses salariés de suivre au moins une formation au cours des 6 dernières années

• Avoir permis à ses salariés de bénéficier d’une progression salariale ou professionnelle au cours des 6 dernières années

• Avoir permis à ses salariés  d’acquérir des éléments de certification au cours des 6 dernières années

 

Lors de l’entretien annuel d’évaluation, plusieurs thématiques relatives au projet professionnel doivent être abordées. Le salarié peut établir son plan de carrière en faisant un point sur ses réelles motivations, en identifiant ses perspectives d’évolution, et en planifiant la stratégie à adopter pour les atteindre. Il pourra également développer un plan d’action interne ou externe à l’entreprise.

 

 

Cependant, cette loi ne pourra démontrer son efficacité seulement s’il existe une implication totale des deux parties. Durant les échanges, les managers devront non seulement inclure des nouvelles  notions telles que les composantes de la personnalité ou les compétences comportementales ; mais ils devront aussi changer de posture en adoptant un style de management plus participatif. Les salariés devront quant à eux avoir confiance en leur manager, et dépasser cette barrière psychologique qu’ils peuvent parfois avoir à leur égard.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Pas de commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

 
Laisser un commentaire