VOTRE CARRIÈRE, AVEC PASSION.
MENU
Être rappelé
Être rappelé

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Retrouver un emploi reste la motivation primordiale pour un salarié en transition professionnelle.

Son objectif immédiat est d’oublier ce passage difficile qu’est le départ de sa précédente entreprise, mais surtout d’envisager rapidement un nouvel emploi plus épanouissant.

 

Dirigeants et cadres en transition professionnelle : comment transformer la motivation en action ?

 

Ce constat étant fait, nous nous apercevons que les ressorts de l’action quotidienne d’un ex salarié ne sont plus là, ou sont pour le moins modifiés.

Le bureau, les collaborateurs, les collègues de travail, le statut social, les objectifs annuels, en somme les repères précédents, n’existent plus et il faut se réinventer un nouveau périmètre d’action.

 

Prendre conscience de cette situation est une chose, mais parvenir à retrouver du mouvement s’avère plus délicat.

« Le fossé entre la connaissance et l’action est beaucoup plus grand que celui qui existe entre l’ignorance et la connaissance. » Chris Guillebeau.

 

Notre conseil pour transformer votre motivation en action, est de diviser chacune des tâches que vous devez accomplir, en plusieurs objectifs faciles et rapidement réalisables.

« Un voyage de 1000 lieues commence toujours par un premier pas. » Lao Tseu

La satisfaction de travail accompli vous incitera à recommencer et à réaliser sans effort ces multiples petites tâches, alors que l’ensemble peut paraître insurmontable. Vous retrouverez ainsi le goût de l’action grâce à la satisfaction de multiples petits objectifs atteints.

 

En utilisant une métaphore plus prosaïque, la pleine puissance du moteur d’une voiture ne peut se transmettre à ses pneus sans passer par la 1ère, 2ème, 3ème vitesse …

 

Diviser vos taches à effectuer afin que chacune d’elles deviennent faciles à réaliser.

La somme de vos actions accomplies augmentera chaque jour de même que la satisfaction de l’objectif atteint.

 

Vous pourrez alors dire, comme Thomas Jefferson : « Je crois beaucoup en la chance ; et je constate que plus je travaille, plus la chance me sourit. »

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Pas de commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

 
Laisser un commentaire