VOTRE CARRIÈRE, AVEC PASSION.
MENU
Être rappelé

Être rappelé

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Nouvelle Assemblée : que vont devenir les collaborateurs parlementaires licenciés ?

« Lundi 19 juin, ça va être « Ground Zero ». Si ma députée n’est pas réélue, je dois faire mes cartons dans la foulée », dit une assistante parlementaire de droite, citée par Le Monde le 10 juin 2017.

 

Avec le renouvellement d’un grand nombre de députés lors du second tour des élections législatives du dimanche 18 juin 2017, (424 élus n’ont jamais été députés), le Palais Bourbon prendra à sa charge l’un des plus vastes plans sociaux de l’année et se chargera des formalités administratives et financières d’une telle procédure.

Ainsi, chacun des collaborateurs parlementaires concernés recevra sa lettre de licenciement dans la foulée de la mise en place de la nouvelle assemblée.

La Questure de l’Assemblée Nationale avait prévu un taux de renouvellement de 50 % des assistants parlementaires, il sera en fait plus proche des 75 %. Le profil de ces salariés, tel que livré par le blog « Les cuisines de l’assemblée » était lors de la dernière étude réalisée fin 2013 :

2090 assistants parlementaires dont 60 % de femmes.

Âge moyen de 42 ans, dont 25 % de plus de 50 ans.

Salaire moyen de 2800 € brut mensuel.

34 % des assistants parlementaires travaillent dans les locaux de l’Assemblée Nationale, 66 % dans leur circonscription.

 

Dès le matin du lundi 19 juin, 1200 à 1400 personnes se posent donc la question de leur avenir, de leur prochain emploi. Certains pourront proposer leurs services aux 424 nouveaux députés. Mais seront-ils « Macron compatibles » et adaptés aux nouveaux députés possédant un profil plus jeune, plus féminin et majoritairement issus du secteur privé (59 %  issus du secteur privé en 2017 contre 39 % en 2012) ?

Le 27 juin prochain, jour de démarrage officiel de la nouvelle législature, les assistants parlementaires des sortants ne pourront plus accéder au Palais Bourbon, comment faire alors pour se présenter et faire passer leur CV aux nouveaux députés ?

Pour tous les collaborateurs parlementaires licenciés, il ne semble pas que la Questure ait prévu des mesures d’outplacement ou a minima un bilan de compétences pour chacun.

Ces mesures, couramment proposées dans le secteur privé, seraient fort utiles à des collaborateurs qui n’ont pas démérité, et qui ne sont pas responsables de l’échec de leurs députés.

Sauront-ils, seuls, étudier froidement leur employabilité présente, condition nécessaire d’un rebond réussi. Sauront-ils mettre en avant les qualités méconnues du poste de collaborateur parlementaire, à savoir les capacités d’analyse et de synthèse, l’empathie et les talents de management.

Le marché des offres d’emploi à pourvoir est pour une faible partie médiatisée, grâce aux jobboards (Cadremploi, …) et aux réseaux sociaux (LinkedIn, …) mais ne représente qu’environ 20 % des offres disponibles.

Le marché « caché » de l’emploi représente 80 % de l’offre, et pour l’appréhender, il est indispensable de bien travailler son réseau, de contacter les chasseurs de tête spécialisés dans les postes de la fonction publique (Fursac Anselin & Associés, Progress, Quadra, Light Consultants et Mercuri Urval) et les cabinets en management de transition (MPIM, …).

Un accompagnement de quelques mois semble indispensable pour déterminer leur prochain emploi, refaire leur CV, mais aussi préparer leur pitch de présentation, améliorer leur profil LinkedIn et construire leur empreinte numérique.

Sans compter les 300 à 400 collaborateurs parlementaires âgés de plus de 50 ans qui seront confrontés aux difficultés des seniors à retrouver rapidement un emploi.

 

En somme, de nombreux heureux élus à l’Assemblée Nationale, et des collaborateurs fidèles malheureux seront licenciés et … non accompagnés !!!

 

Morgan Philips Outplacement


Articles pouvant vous intéresser :

Les meilleures habitudes de 12 personnalités mondiales

Le langage du succès

Productivité : les secrets d’Elon Musk, de Bill Gates et de Mark Zuckerberg

La « Règle des deux pizzas » : le secret de Jeff Bezos pour augmenter la productivité de ses réunions

Comment demander efficacement une augmentation de salaire ?

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Pas de commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

 
Laisser un commentaire