VOTRE CARRIÈRE, AVEC PASSION.
MENU
Être rappelé

Être rappelé

[recaptcha]

Trier ses pensées aussi rapidement que vos « matchs » sur un site de rencontres, et mettre son cerveau en mode “avion, plage et vacances”. Les solutions qui s’offrent à vous sont à portée de main, et vous ne le savez peut-être pas… pas encore !

Vous n’arrêtez pas de ressasser cette conversation désagréable avec ce collègue – ou vous ruminez encore sur cette présentation que vous n’avez guère envie de présenter, en imaginant bien sûr le pire. Vous êtes bel et bien en plein exercice (non très agréable) de surmenage cognitif. Nous avons tous expérimenté cette situation, et nous savons tous qu’il est dans notre intérêt de nous en sortir au plus vite.

Les études démontrent bien que cet exercice de sur-réflexion est pourtant contre-productif dans la résolution de nos problèmes, et est souvent lié à des problèmes plus profonds, comme les troubles anxieux. Mais comment se libérer de cette spirale infernale ?

Pourquoi ne pas essayer dès aujourd’hui quelques un de nos conseils pour vous libérer de vos pensées négatives, et continuer votre journée l’esprit plus léger ?


Débarrassez-vous de vos pensées comme d’un profil sur Tinder

“Quand je me surprends à ruminer mes pensées et à me surmener de réflexions négatives, j’imagine que celles-ci sont de simples profils, comme sur l’application Tinder. Je me débarrasse donc de chaque pensée négative en les glissant vers la droite, et en mimant le geste devant mon visage: “Non, pas cette pensée-là, nooooon non non non.”.

  • Darren Horne, éducateur et consultant, Cumbria, Royaume-Uni

Envoyez des pensées positives à trois personnes de votre vie

“Je ferme les yeux et j’essaye de visualiser trois personnes: il peut s’agir d’un inconnu assis en face de moi dans le métro, d’un ami ou d’un membre de ma famille, et je leur envoie des ondes positives. Je leur souhaite de passer une bonne journée, que leurs rêves se réalisent et qu’ils rentrent chez eux heureux et en bonne santé. Pratiquer cet exercice me rend plus heureuse et plus légère, car dans un sens, je sais que je contribue à la vie de quelqu’un de manière positive, et cela me fait oublier mes problèmes. “

  • Shabrina Koeswologito, écrivaine, New York

Concentrez-vous sur la prochaine meilleure chose à faire

“Quand je me rends compte que je suis en plein surmenage cognitif, j’arrête tout ce que je suis en train de faire, j’inspire puis j’expire profondément. Et je me rappelle d’une simple citation que j’ai lue: “Fais la prochaine meilleure chose, mais une étape à la fois.” Cela m’aide à mettre les mille et une choses que je fais et desquelles je me soucie sur pause, pour finalement concentrer mon énergie et ma concentration sur une chose à la fois.”

  • Aleks Slijepcevic, coordinateur de projets, Newark

Positionnez-vous de manière objective

“Pour moi, l’objectivité est généralement mon approche de choix. Je prends un peu de recul, et j’essaye de ne pas juger une situation depuis ma propre perspective (ou même, de ne pas la juger du tout), en me posant des questions comme “Si j’entendais cela de la bouche d’un ami, qu’est-ce que je lui dirais ?” ou “Si je ne connaissais rien de la situation, qu’est ce qu’il serait logique de considérer en premier ?”, ou “Quel est le bruit de fond, et qu’est ce qui est réellement lié aux faits du problème ?. Observer une situation de la manière la plus objective possible permet de m’attaquer au cœur du problème d’une manière plus simple, et de me libérer de mes vieilles habitudes et réactions. “

  • Andrea Raggambi, formateur en développement et coach, Washington

Visualisez mentalement un panneau “Stop”

“Imaginez un panneau Stop. Si vous réflechissez de manière obsessionnelle à quelque chose, il s’agit juste d’une habitude. Vous pouvez développer une nouvelle habitude, en rompant ce cercle de surmenage cognitif dans lequel vous êtes. Imaginez un panneau Stop, qui vous dit – avec bienveillance – que vous devez arrêter et vous tourner vers des pensées plus utiles et productives.
Si votre esprit ne veut pas en démordre, alors planifiez cinq minutes de surmenage cognitif ininterrompu. Soyez ponctuel à ce rendez-vous avec vous-même. Mettez en place un minuteur pour cinq minutes, et ayez-en pour votre temps ! En dehors de ces cinq minutes, laissez ce panneau Stop être votre allié.”

  • Bridget Fonger, auteure, Los Angeles

Prenez avec vous votre “pierre de conscience”

“J’ai une petite pierre que j’ai trouvée sur la plage, et que je prends avec moi dans ma poche. A chaque fois que je cherche mes clés ou autre chose dans ma poche, je remarque ma « pierre de conscience ». Je la sors de ma poche, et je me concentre dessus (sur le même principe que la méditation) pendant quelques instants pour me reconnecter à moi-même et au moment présent. C’est étrangement très efficace. C’est aussi un peu effrayant de se rendre compte à quel point il est tentant de se déconcentrer en regardant ce petit caillou. »

  • Jonathan Maxim, fondateur d’agence digitale, Los Angeles


Demandez-vous combien de temps cela importera

“Je m’arrête et je me demande si cela importera dans 10 jours, 10 mois, ou 10 ans. Si la réponse est non, alors je sais que je suis en plein surmenage cognitif, et je refuse que mon esprit fasse cela pour moi. Si le problème de fond a de l’importance en fin de  compte, alors je sais que j’ai besoin d’écrire, de prier et d’en parler avec les personnes importantes de ma vie. Cela semble m’enlever un peu de pression sur les épaules en ce qui concerne les petits problèmes récurrents de la vie, qui peuvent devenir des problèmes plus handicapants qu’ils ne devraient. “

  • Jo Ann Burkhalter, chef d’entreprise et auteure, Atlanta

Dé-STUCK-ez vous !

J’utilise la méthode STUCK quand je me rends compte que je suis en train de me surmener avec des pensées négatives.    

S: Stop. Prenez une pause, et redirigez votre esprit sur votre respiration.
T: Tell (Parlez). Demandez-vous quelles sont les émotions qui vous bloquent actuellement (de l’anxiété, peut-être ?), et autorisez-vous à ressentir vraiment cette émotion. 
U: Uncover (Dévoilez). Faites une liste des pensées qui vous passent par la tête. Ensuite, déterminez la validité de celles-ci, une par une. Demandez-vous: “Est-ce que cette pensée est 100 % vraie ?”.    
C: Considérez. Reconnaissez quels sont les autres points de vue que vous pouvez considérer dans cette situation. (C’est à ce moment-là que vous vous détachez du surmenage cognitif !).       
K: OK. Acceptez de vous être mis dans cette situation de surmenage cognitif, et compatissez avec vous-même.”

  • Shira Gura, coach en bien-être et auteur, Israël

Autorisez votre esprit à partir en vacances

“A chaque fois que mon esprit commence à repenser aux mêmes choses encore et encore, je me mets automatiquement sur “Pause” et je vais dans mon “jardin secret”. Il s’agit d’un bar de plage dans une petite baie à Chalkidiki, en Grèce. Je m’imagine assise au bar, regardant la mer. Je peux presque sentir la brise sur mon visage. Et ça fonctionne !”

  • Ioanna Lambrou, droit bancaire, Thelassonique, Grèce

Exploitez vos “neurones nature”


« Quand tout devient trop dur à porter, que ce soit au travail ou à la maison, je réalise que la meilleure chose à faire pour moi est de prendre une grande bouffée d’air frais. Le simple fait de sortir en pleine nature pour un moment me permet de me vider la tête. Passer plus de temps à l’extérieur nourrit nos « neurones nature » et notre créativité naturelle.       
Par exemple, à l’Université du Michigan, des chercheurs ont démontré qu’après simplement une heure d’interaction avec la nature, nos capacités de mémoire, de productivité et d’attention augmentaient de 20 %.     
Je me vide donc la tête de toute technologie et désordre, pour respirer en pleine nature, remarquer un nuage qui passe, sentir l’odeur de l’herbe fraîchement coupée, ou même observer une araignée qui transporte une feuille. De petits moments en pleine nature, et le monde me semble plus clair. »

– Vanessa Boshoff, productrice, Bozeman

Retournez aux années 1980

« Quand je pense trop et que je suis sur le point de rentrer dans un cercle vicieux de surmenage cognitif, je sors ma playlist et je voyage dans le temps, direction les années 1980 avec les meilleurs tubes de l’époque, et je saute sur mon trampoline ! « 99 Red Balloons » et je suis dans mon élément. « Rock Me Amadeus » me donne une vraie dose d’endorphines. Chaque cellule de mon corps s’oxygène, et la bonne humeur arrive pour balayer mes incertitudes. C’est mon remède de choc : 5 minutes de folie pour ensuite laisser place au calme. Et je peux tout recommencer du bon pied. »

– Suzannah Galland, coach de vie et expert relationnel, Los Angeles

Récitez votre ABC

«  Pour m’empêcher de me surmener mentalement et de ne plus me sentir en contrôle de la situation, j’utilise ma procédure ABCD :

1) Ask (Se demander) : « Quel est le pire qui puisse arriver ? » – Quand vous répondez à cette question, vous vous rendez rapidement compte que le pire qui puisse arriver n’est pas si grave.

2) Faire un plan B – Après avoir déterminé la pire chose qui puisse arriver, vous pouvez empêcher cette situation en élaborant un plan B, et même un plan C si cela vous met plus à l’aise.

3) Créer une liste « à faire » – Ecrivez tout ce que vous devez faire aujourd’hui, et ensuite barrez ce que vous n’avez pas obligatoirement besoin de faire aujourd’hui. Parmi les tâches qui restent, commencez à prioriser.

4) Débutez – Commencez par le haut de votre liste de tâches, et exécutez-les, une par une (ne faites pas du multi-tâches). »

– Lydia Di Francesco, consultante en bien-être, Ottawa

Imaginez la Terre sous vos pieds

« Quand j’ai l’impression d’être entraînée dans la spirale infernale de la vie, j’aime visualiser la Terre sous mes pieds, en imaginant des racines poussant de mes pieds jusqu’au centre de la Terre. Ensuite, je me recentre au niveau de mon cœur, en place mes pains en position de prière au centre de ma poitrine, et en poussant doucement sur mon corps avec mes mains. Enfin, je réaffirme à quel point je crois profondément et complètement en la vie, au temps, et en ma puissante intuition. »

– Kris Franken, écrivain spirituel, Sydney

Dites-vous : « Et si ? »

« Ruminer, être anxieux ou avoir des pensées négatives peuvent atteindre tout le monde. J’ai trouvé que le meilleur remède était de vraiment d’imaginer le pire scénario dans ma tête, ou avec un ami. Si je suis nerveuse pour un examen ou une conversation sérieuse – je me dis, que se passe-t-il si j’échoue ou que cela ne se passe pas bien ? A chaque fois, je me rends compte que j’irai bien. La vie continue. Cela permet d’arrêter le cercle vicieux de mes pensées, et m’amène à être plus positive, tout en trouvant une solution à chaque problème. »


 – Elizabeth Tsachres, éducateur médical, San Carlos          


En cas de doute, tournez-vous vers Oprah

« Ne vous souciez pas des choses que vous ne pouvez pas contrôler. Je connais ces 12 mots depuis aussi longtemps que je me souvienne, grâce à mon père. Cette simple phrase – et probablement aussi, la génétique – sont les raisons qui me poussent facilement à laisser faire les choses. Mais, quand des pensées négatives s’installent (parce qu’elles reviennent toujours), je me donne un auto-discours de persuasion pendant mes 30 minutes de trajet vers le travail. Ecouter le Podcast Master Class d’Oprah, ou une bonne séance de vélo ou de yoga fonctionnent également. La plupart du temps, je règle mes brefs instants de déprime en me disant « Je ne suis pas chirurgien cardiaque, et ma vie n’est pas en danger ici ».

L’idée que rien n’est plus important que ma santé, mon bonheur ou celui de mes proches me permet généralement de regarder la situation d’une autre perspective. Si rien d’autre ne fonctionne, je regarde le cadre dans ma salle de bain qui me dit «  Ne t’inquiètes pas, ne te presse pas. Fais de ton mieux, et ne t’occupes pas du reste ».

  • Ali Hernandez, relations publiques, 

https://thriveglobal.com/stories/stop-overthinking-things/

 

 

Pas de commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

 
Laisser un commentaire