VOTRE CARRIÈRE, AVEC PASSION.
MENU
Être rappelé
Être rappelé

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Lors d’un licenciement, les salariés se retrouvent face à plusieurs difficultés. Entre autre, l’acceptation de la perte de son emploi et la recherche d’un nouveau poste, qui est parfois accompagnée d’un outplacement. Avec la conjoncture économique, de plus en plus d’individus se retrouvent dans cette situation. Quel est alors le bon comportement à adopter?

 

 

 

Le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A a augmenté de 0,8% en juillet 2014

 

 

 

Les chiffres du chômage en Juillet 2014 sont tombés hier soir. On les attendait médiocres, ils sont mauvais.

Le nombre de chômeurs inscrits en catégorie A (sans activité) à Pôle Emploi a augmenté de 26 100 personnes en Juillet 2014 pour atteindre le chiffre record de 3,42 millions. Depuis mai 2012, le nombre de chômeurs en catégorie A a progressé de plus d’un demi-million d’individus. Quant au chômage des seniors, il frôle 1,124 millions de personnes (catégories A,B,C). Fait significatif : il n’a pas reculé une seule fois depuis 2008.

 

 

Dans un contexte de morosité économique, de nombreuses sociétés se retrouvent contraintes à se séparer d’une partie de leurs salariés. Elles peuvent alors leur proposer un accompagnement au retour à l’emploi, appelé communément un outplacement. Or nous constatons que certains salariés licenciés bénéficiant d’un outplacement font parfois le choix d’une compensation financière au détriment de ce soutien, voir même refusent cette aide précieuse. Cette attitude traduit une méconnaissance du marché du travail, et généralement un manque de lucidité sur son employabilité et sa propre capacité à retrouver seul un emploi.

 

Pour le salarié licencié, les bonnes questions à se poser sont :

Puis-je du jour au lendemain, et sans formation, devenir performant lors d’un entretien avec un chasseur de tête ?

Saurai-je, sans préparation, parler de ma nouvelle situation à mes amis et à mon réseau professionnel ?

Ai-je les compétences nécessaires pour améliorer mon empreinte numérique sur les réseaux sociaux et sur Google ?

 

 

Pour toutes ces questions, ne pas opter pour un outplacement semble risqué. En effet, en France métropolitaine, la période moyenne de temps de recherche d’emploi pour les demandeurs inscrits* à fin Juillet 2014 est de 529 jours. En 2013, la durée de repositionnement par le biais d’un reclassement externe est inférieure ou égale à 9 mois pour 64% des candidats (59% en 2012) et inférieure ou égale à 12 mois pour 85% des candidats (78% en 2012)*2. Le choix d’un outplacement réduit donc significativement ce délai.

 

 

 

*en catégories A, B et C

*2 source Synditec Transition Professionnelle

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Pas de commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

 
Laisser un commentaire