VOTRE CARRIÈRE, AVEC PASSION.
MENU
Être rappelé
Être rappelé

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Tout au long de notre vie professionnelle, nous sommes parfois amenés à invoquer la chance, que ce soit pour décrocher un premier emploi, pour négocier une promotion, ou lorsque l’on se trouve en transition professionnelle. Cette superstition, pour laquelle il est difficile de déterminer l’origine, nous stimule et nous guide tout au long de notre vie.

 

Dans son ouvrage L’éloge de la chance, Philippe Gabillet, professeur de psychologie à l’ESCP, revient sur cette notion souvent inexplicable: La Chance.

 

 

etoile_filante

 

 

 

« Personne n’est né sous une mauvaise étoile, mais nombreux sont qui ne savent pas lire le ciel » – Dalaï Lama

 

 

Les définitions sont nombreuses, et les interprétations variées. Le neurologue James H.Austin en a établi une typologie:

 

– Type 1 : La chance aveugle

– Type 2 : La chance accidentelle

– Type 3 : La chance opportuniste

– Type 4 : La chance attendue

 

 

Arrêtons-nous sur la chance aveugle ou « totalement accidentelle » ; lorsque tout se réalise de manière positive sans le moindre effort.

Supposons que vous vous trouvez dans l’annuaire des anciens de votre école depuis de nombreuses années, et alors que vous êtes à la recherche d’un emploi, un chasseur de tête vous contacte car il a repéré votre profil. Votre chance n’est ici que la conséquence fortuite d’une succession d’évènements dans lesquels vous n’avez joué aucun rôle direct.

 

Cette typologie s’oppose à la chance accidentelle ou toute action influence indirectement le déroulement des évènements, et ce, de manière favorable.

Vous rencontrez par hasard un ami d’enfance que vous n’avez pas vu depuis de longues années. Durant votre échange, vous apprenez qu’il est Directeur des Ressources Humaines et que son entreprise recherche un Directeur Administratif et Financier, poste que vous visez dans votre recherche d’emploi. Vous profitez de cette occasion pour lui parler de votre situation, et il se propose avec enthousiasme de prendre votre CV.

 

La chance opportuniste elle, nécessite un effort plus conséquent de notre part. Il faut être prêt à la recevoir : être au bon endroit, au bon moment mais surtout avec le bon état d’esprit. En effet, avoir un état d’esprit positif est générateur de chance. Cela nous aide à développer une posture plus ouverte attirant les circonstances favorables, mais surtout, elle nous apprend à tirer le meilleur parti de chaque évènement.

Se rendre à un salon professionnel lors d’une recherche d’emploi est déjà une première étape. En effet, vous vous trouvez au bon endroit, au bon moment. De surcroit si vous êtes disposé à saisir les opportunités, vous optimisez vos chances de rencontrer les personnes susceptibles de vous recruter.

 

Après la chance opportuniste, il y a la chance attendue, en lien avec notre vécu. Notre style de vie, nos centres d’intérêts, et notre attitude générale face à l’existence nous permettent de créer nos propres opportunités. Tout incombe à la personne qui décide de prendre le contrôle total de ce qui lui arrive. De nature très ouverte et profondément optimiste, les évènements de la vie sont pris avec philosophie.

En pleine transition de carrière, et après avoir délimité/identifié votre projet professionnel, vous décidez de revoir certains de vos anciens employeurs afin de leur parler de votre situation. Votre but est clair : retrouver un emploi, et vous êtes déterminé à changer votre situation actuelle. Votre attitude vis-à-vis de la vie et de vous-même vous permet de réaliser vos envies, et là, la chance n’y est pour rien.

 

 

« Je crois beaucoup en la chance. D’ailleurs je constate que plus je travaille et plus la chance me sourit » – Thomas Jefferson

 

 

Selon l’auteur, la chance n’est pas due uniquement à un simple hasard, elle est le fruit d’actions positives et coordonnées par nous-mêmes et par notre environnement. Il est vrai que dans une recherche d’emploi on a parfois tendance à s’essouffler et à s’éparpiller par manque d’organisation. Il est bon d’être accompagné par un cabinet afin de formaliser un projet professionnel concret en relation avec le marché et les opportunités réelles et ainsi garantir un rapide retour à l’emploi pour maximiser ses chances.

 

 

« La chance ne sourit qu’aux esprits bien préparés » – Louis Pasteur

 

 

 

 

 

* « Eloge de la Chance» de Philippe Gabilliet, édition Saint-Simon

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Pas de commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

 
Laisser un commentaire