VOTRE CARRIÈRE, AVEC PASSION.
MENU
Être rappelé
Être rappelé

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Questions-préférées-dirigeants-entretiens-embauche

Rachel Gillet et Aine Cain, sont deux journalistes spécialistes carrière qui révèlent pour Business Insider les questions préférées de dirigeants lors des entretiens d’embauche.

La plupart des personnes qui ont réussi, ont fait des entretiens d’embauche une technique éprouvée. Elles n’ont pas pour habitude de perdre leur temps avec des questions sans importances. En fait, elles ont souvent une question favorite qu’elles aiment poser. Celle-ci révèle exactement tout ce qu’elles souhaitent savoir à propos du candidat.

Voici 12 de ces questions.

Qu’est-ce que vous avez choisi de ne pas inclure dans votre CV ?

Le fondateur du groupe Virgin, Richard Branson, explique dans son dernier livre The Virgin Way : Everything I Know About Leadership qu’il n’est pas un fan des entretiens d’embauche traditionnels.

« Évidemment un bon CV est important. Cependant, si vous choisissez un candidat sur la base de son CV, l’entretien devient alors inutile ». C’est donc pourquoi il aime demander : qu’est-ce que vous avez choisi de ne pas inclure dans votre CV.

Êtes-vous la personne la plus intelligente que vous connaissez ?

Comme le décrit Sydney Finkelstein, professeur au Dartmouth College, dans son dernier livre Superbosses, le président d’Oracle, Larry Ellison met un point d’honneur a engagé seulement des employés très talentueux et extrêmement intelligents. Il demande à ses formateurs de poser aux nouveaux diplômés cette question lors des entretiens d’embauche.

Si le candidat répond « oui », il sera engagé. S’il répond « non », le recruteur lui demandera « Qui est-il ? » dans le but d’essayer d’embaucher cette personne plutôt que le candidat.

Selon S. Finkelstein, les « superbosses » comme Ellison sont tellement confiants en leurs propres capacités qu’ils n’ont pas peur qu’un employé leur fasse de l’ombre. Au contraire, ils cherchent à engager des personnes plus intelligentes qu’eux, car ils savent que ces personnes vont le challenger pour trouver de meilleures idées et de meilleures solutions aux problèmes.

Vous vous tenez sur la surface de la Terre. Vous marchez un kilomètre au sud, un kilomètre à l’ouest et un kilomètre au nord. Vous vous retrouvez exactement où vous avez commencé. Où êtes-vous ?

D’après la biographie Elon Musk  Tesla, SpaceX, and the Quest for a Fantastic Future, le PDG de Tesla et de SpaceX aime donner aux candidats cette énigme pour tester leur intelligence.

Il existe une multitude de réponses correctes et l’une d’entre elles est le Pôle Nord.

Dans votre meilleur jour au travail – ce jour où vous rentrez chez vous et vous vous dites que vous avez le meilleur travail au monde – qu’est-ce que vous avez fait ce jour-là ?

Miranda Kalinowski, responsable mondial du recrutement chez Facebook, explique comment le réseau social recrute les meilleurs talents. Elle pose cette question pour l’aider à trouver les candidats qui correspondent parfaitement au profil recherché.

Ils cherchent à trouver ce qui passionne réellement le candidat et si cet intérêt peut « matcher » avec ce que recherche Facebook.

Ils espèrent aussi voir si les valeurs du candidat concordent avec les missions de Facebook « pour donner aux gens le pouvoir de partager et de rendre le monde plus ouvert et connecté ».

Quel est le dernier déguisement que vous ayez porté ?

Le choix du déguisement n’importe peu le recruteur, mais en revanche, il s’intéresse à la raison pour laquelle les candidats ont choisi ce costume. Si le raisonnement du candidat correspond à la valeur fondamentale de Warby Parker, d’injecter « du fun et de la bizarrerie dans le travail, dans la vie et dans tout ce que l’on fait », il a une réelle chance d’obtenir le poste.

« Nous trouvons que les gens qui sont capables de créer un environnement fun autour de leur travail, tissent des liens plus facilement » déclare le co-fondateur et Co-PDG de l’entreprise, David Gilboa. « Si nous engageons la personne la mieux qualifiée du monde, mais avec un style de travail qui ne correspond pas à l’esprit de l’entreprise, ce sera un échec ».

Donnez-moi un exemple où vous avez résolu un problème analytiquement difficile.

Laszlo Bock, Directeur RH chez Google, déclare que l’entreprise a abandonné son célèbre casse-tête lors des entretiens d’embauche pour des entretiens plus comportementaux.

« Ce qui est intéressant à propos des entretiens comportementaux, c’est que lorsque vous demandez à quelqu’un de parler de son expérience, vous avez deux sortes d’information » rapporte-t-il au New York Times. « Vous voyez dans un premier temps comment il interagit face à une situation du monde réel. Ensuite, vous comprenez ce que le candidat considère être un contexte difficile. »

 Parlez-moi de votre parcours

Mélanie Whelan, PDG de SoulCycle, entreprise de fitness basée à New-York, commence toujours les entretiens avec la question « parlez-moi de votre parcours »

« C’est un bon moyen de débuter une conversation et ça m’aide vraiment pour comprendre comment le candidat communique. Est-il linéaire, concis ou direct ? Est-ce que c’est un baratineur ? Est-il entrainé ? Trouve-t-il un échappatoire ? »

Si vous étiez un animal, lequel seriez-vous ?

« Le royaume animal est vaste et tout le monde peut s’identifier à un animal qu’il pense incarner par sa personnalité ou par ses caractéristiques », déclare Stormy Simon, président d’Overstock.

Les bonnes réponses sont celles où le candidat choisi un animal dont il pense sincèrement avoir les mêmes traits, ce qui le rend différent des autres. « Les gens choisissent souvent le même animal que les autres candidats, mais les traits qu’ils décrivent ensuite ne sont jamais les mêmes ». Mais ce ne sont pas toutes de bonnes réponses.

« Un jour, une candidate a répondu qu’elle s’identifiait à un panda roux, car tout le monde pense que c’est un animal mignon et docile, or la véritable raison était qu’elle est paresseuse. Nous avons engagé la candidate malgré sa réponse, mais nous nous sommes séparés en moins de trois semaines. C’est juste pour montrer l’importance de la question ».

Le PDG de HootSuite Ryan Holmes, aime lui aussi demander aux candidats « quel est votre animal spirituel ? »

Il déclare « pendant son entretien, j’ai demandé à mon actuelle assistante exécutive quel était son animal préféré. Elle m’a dit que c’était le canard, car les canards sont calmes en apparence, mais font des choses complétement folles intérieurement ».

« J’ai trouvé que c’était une réponse incroyable et une description parfaite pour le poste d’assistante exécutive. Pour information, elle travaille avec nous depuis un an maintenant et elle fait un travail remarquable », conclut R. Holmes.

Dites-moi quelque chose de vrai dont quasiment personne n’est d’accord avec vous.

Le co-fondateur de Paypal, Peter Thiel, cherche toujours à engager des gens qui n’ont pas peur de défendre leur opinion. Pour ce faire, il demande toujours aux candidats « dites-moi quelque chose de vrai dont quasiment personne n’est d’accord avec vous ».

Pour P. Thiel, la raison pour laquelle il aime cette question est la suivante : « Cette question les classe par originalité de penser, et dans une certaine mesure, cela les situe par leur courage à prendre la parole lors d’un entretien dans un contexte difficile ».

Comment vous décririez-vous en un mot ?

Les meilleurs candidats sont ceux qui savent exactement qui ils sont. C’est pourquoi Dara Richardson-Heron, PDG de l’organisation féministe YWCA, pose toujours cette question aux candidats.

Richardson-Heron dit qu’elle ne juge pas les candidats sur le mot qu’ils choisissent. Leur choix lui donne juste un aperçu de la façon dont les candidats se qualifient. Elle aime quand les personnes prennent du temps pour réfléchir à la question et pour y répondre soigneusement.

Qu’est-ce que vous voulez être quand vous serez grand

Stewart Butterfield, le co-fondateur de Flickr et directeur général de Slack, aime poser aux candidats cette question à laquelle on devait répondre à nos professeurs et nos parents, quand on était petit.

« Les bonnes réponses concernent habituellement les domaines dans lesquels les candidats souhaitent approfondir leurs connaissances, ou les projets dont ils n’ont pas encore eut la chance d’accomplir ». Il ajoute « Une réponse courte est forcément une mauvaise réponse ».

Qu’est-ce que dirait de vous, une personne qui ne vous aime pas ?

Le général Stanley McChrystal, fondateur de McChrystal Group, déclare que cette question « met une personne en position de devoir essayer d’exprimer quelle est la perception des autres par rapport à lui. »

La réponse est moins importante que la façon de répondre. En effet, la question « force les candidats à considérer quelles sont leurs qualités les moins attractives, mais aussi à trouver le courage de le partager avec quelqu’un qui a leurs carrières entre les mains ».

 

Source : http://uk.businessinsider.com/favorite-interview-questions-highly-successful-bosses-2017-1/#what-didnt-you-get-a-chance-to-include-on-your-rsum-1

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Pas de commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

 
Laisser un commentaire