VOTRE CARRIÈRE, AVEC PASSION.
MENU
Être rappelé
Être rappelé

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

 

Beaucoup de personnes se retrouvent dans une situation de questionnement concernant leur orientation professionnelle : un étudiant, un salarié en transition professionnelle ou bien tout simplement un individu souhaitant changer d’emploi. Diverses solutions s’offrent à eux pour les aider dans leurs choix, mais certaines sont plus efficaces que d’autres. C’est le cas du Test Strong. Christine Degioanni, consultante en outplacement et experte de ce test répond à vos questions.

 

 

 

 

 

 

 

 

Qu’est-ce que le test Strong ?

 

Il s’agit d’un test d’orientation. 95% des tests passés, que se soit en recrutement, en gestion de carrière, sont des tests de personnalité. Le test Strong va compléter ces derniers. En effet, il permet d’avoir plus de renseignements sur ce que l’on aime faire, ce qui nous fait vibrer d’un point de vue professionnel. Il permet donc de se recentrer sur ses intérêts professionnels. Il permet de cerner les activités que l’on aime faire, l’environnement de travail dans lequel on est le plus à l’aise et avec quel type de personnes.

 

 

Est-ce que tout le monde peut passer le test Strong ?

 

Selon les experts, la structure des intérêts professionnels d’un individu est définitive vers 17/18 ans. C’est l’âge à partir duquel on peut passer le test. Il est intéressant pour tout individu se posant des questions d’orientation, se demandant ce qui l’intéresse vraiment, ce qui le fait vibrer. Ce test a une haute valeur prédictive. Quand on le passe à 18 ans, il y a de fortes chances d’obtenir les mêmes résultats 30 ans plus tard. En effet, ce qui nous intéresse à 20 ans nous intéresse toute notre vie. Donc tout le monde peut passer le test Strong et essentiellement les personnes se posant des questions sur leur avenir professionnel.

 

 

Comment passer le test ?

 

Il faut une connexion internet et une pièce calme ! Les personnes mettent en moyenne 30 minutes pour répondre aux 317 questions mais il n’y a pas de limite de temps, vous pouvez aller à votre rythme. Vous obtiendrez des résultats bruts au bout de 48 heures qu’il convient de débriefer avec un consultant certifié. Il pourra éventuellement rédiger un livret explicatif. « Personnellement, je rédige un livret d’environ 30 pages avec les résultats personnels mis dans une perspective de profil d’entreprise. » (C. Degioanni). Le débriefing dure entre 2 et 3 heures. La restitution permet de repartir avec beaucoup d’idées pour pouvoir concevoir un projet professionnel.

 

 

En quoi le test Strong est adapté à des personnes en transition professionnelle ?

 

Le test Strong est d’autant plus adapté pour une personne qui quitte un emploi, un environnement qu’elle connaît bien, car elle fait face à une rupture. Il permet aux individus en questionnement, qui ne savent plus ce qu’ils aiment faire de savoir ce qu’ils apprécient. Ce qui est plus difficile en situation de rupture. Le test fait remonter à la surface ce qui nous intéresse depuis toujours, il évite ainsi de se fourvoyer en choisissant des pistes inadaptées et nous oriente vers ce pour quoi on est fait. Pourquoi utiliser le test Strong alors qu’il en existe tant d’autres gratuits ? Le test a certes un coût mais les résultats sont fiables et exploitables. Le test Strong prend son origine dans les années 30 aux Etats Unis. Il y a donc plus de 80 ans de données exploitables. De plus le test est amélioré tous les 10 ans par des experts. C’est un modèle qui a fait ses preuves, qui est validé au niveau mondial et au niveau psychométrique (seulement une dizaine de tests dans le monde sont concernés).

 

 

Est-ce que le test a un réel impact sur les individus qui le passent ?

 

C. Degioanni parle d’un « coming out professionnel » concernant certaines personnes. Avec les résultats on peut être amené à revenir rapidement en arrière : « Ah mais oui ! J’adorais faire ça ! ». Il nous replonge dans des choses que l’on aimait faire avant et que l’on a souvent oublié. C’est indispensable à l’heure actuelle où les plans de carrière ne signifient plus grand-chose. Pour faire un travail excellent, il faut qu’il ait un sens pour soi. Il faut donc se reconnecter à ses envies profondes pour trouver du sens à ce que l’on fait et plus généralement à notre vie professionnelle. Cela permet d’être plus épanoui.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Pas de commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

 
Laisser un commentaire